Débat interparlementaire sur la crise de migration à Bruxelles, le 10.11.2015

Mon intervention au débat:

„Merci aux orateurs…

Je partage les vues de M. Jean Asselborn, le ministre des Affaires étrangères, de ~9224164l’Immigration et de l’Asile luxembourgeois : Les dangers pour l’Europe, pour ce que nous avons appelé jadis le rêve européen, sont réels, si nous oublions les valeurs qui sont à la base de la création de l’Union. L’accord de Schengen, qui reste à mes yeux un des plus grands succès européens, est menacé. Un nationalisme exagéré de certains pays pourrait nous mener à de nouvelles guerres en Europe.

Gérer les défis de la migration exige plusieurs choses de nous :

  •  Le respect des droits de l’homme doit être considéré comme une obligation pour nous tous. En font partie : Le respect du principe de non-refoulement, le droit de ne pas être soumis à des traitements inhumains ou dégradants, le droit de ne pas être détendu arbitrairement, le droit au respect de la vie privée et familiale, le droit à un recours effectif…
  • Les questions de migration et d’asile exigent une réponse commune : commune des pays de l’UE, mais aussi commune avec les voisins de l’UE.
  • Il n’existe pas de solution miracle. Soyons sincères avec nos citoyens, avec nos électeurs : Il faut faire des efforts budgétaires et humanitaires, il n’y a pas d’autre voie.
  • Ne nous laissons pas tenter par le retour aux frontières fermées, à un nationalisme qui nous a mené trop souvent à l’impasse, voire à la guerre.

Le Luxembourg a accueilli 374 demandeurs de protection internationale en septembre 2015, 381 en octobre 2015. Ces chiffres sont évidemment inférieurs à ceux des pays des Balkans, mais je vous rappelle que le Grand-Duché compte un peu plus de 500 000 habitants et qu’il s’agit de personnes qui ne sont pas de passage mais qui veulent rester…

Un récent sondage au Luxembourg nous a dit que :

76% des habitants de mon pays disent que le Luxembourg a un devoir moral d’accueillir des réfugiés.

62% sont d’avis qu’il existe actuellement un grand élan de solidarité du Luxembourg en faveur de l’accueil de réfugiés.

Accueillir et répartir les migrants est notre devoir. Evidemment ce n’est pas la solution du problème à moyen ou à long terme. Relancer la diplomatie dans le Proche et Moyen Orient, créer des perspectives d’avenir pour les pays d’Afrique restent des missions tout aussi importantes et urgentes.“

J’étais invité à prendre le déjeuner en compagnie de M. Elmar Brok, président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen et des représentants des différents parlements nationaux présents à la réunion. Et oui, les entretiens non publics sont aussi intéressants! J’ai encore assisté à l’exposé de M. Fernando Gentilini, représentant de l’UE pour le processus de paix au Moyen Orient (il ne faut pas avoir de négociations, juste pour dire qu’il y a des négociations), puis j’ai pris le train pour retourner à Luxembourg. Le train avait 15 minutes de retard au départ à Bruxelles et 45 minutes à l’arrivée :-((.

Dieser Beitrag wurde unter Politik abgelegt und mit , verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s