AP de l’OTAN: La situation au Mali

P1020413Plusieurs orateurs ont insisté sur le fait que les transformations dans la région du Moyen Orient et de l’Afrique du nord (MOAN) ont été beaucoup plus rapides et plus radicales qu’aucun observateur de la région n’aurait pu se l’imaginer. Au lie de parler du printemps arabes, il serait juste de parler de plusieurs printemps arabes, avec différentes situations de départ et différentes réactions: départ des dictateurs en Egypte et en Tunisie, répression sanglante en Lybie et en Syrie, changement par le régime au pouvoir comme au Maroc. Néanmoins il est vrai aussi que les économies et les peuples de la région ont des liens plus ou moins étroits et les menaces et les dangers sont assez similaires pour l’ensemble de la population de la région.

Un des points de mire de la réunion à Marrakech a été la situation actuelle au Mali. Mes voisins de table étaient d’ailleurs deux parlementaires de ce pays de l’Afrique de l’Ouest, notamment le Vice-président de la l’assemblée nationale du Mali et le président de la Commission Défense. Selon le Vice-président Assarid Ag Imbarcaouane, la situation au Mali découle e.a. des événements en Libye. Les nombreuses armes présentes dans la région proviennent de la Libye. Les forces internationales n’ont pas terminé leur mission en Libye. Il n’y a pas d’Etat fort, il n’y a que des groupements armés. Les notions de « démocratie » et de « stabilité » sont indissociablement liées. Le contrôle des zones et des routes n’est pas assuré, le terrorisme est toujours attiré par le vide étatique. Le large espace du Sahel a toujours été un espace pour tout genre de contrebande : contrebande de cigarettes d’abord, mais aussi de drogues, – 35% de la consommation européenne de cocaïne passe la route saharienne. Puis il y a l’immigration clandestine, -le trafic d’êtres humains, est encore plus lucratif que le trafic de la drogue. Ces trafics assurent les recettes et les capacités de recrutement de l’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui s’est implanté dans les parties saharo-sahéliennes du Mali, à partir des années 2000.

P1020402Assarid Ag Imbarcaouane proposait de ne plus parler de djihadistes dans son pays, parce que selon lui, le terme de djihadiste « a une connotation trop positive pour nous musulmans que nous sommes, parlons de terroristes ! » Et il déclare que les jeunes qui meurent à Tombouctou ont « la peau claire, ils ressemblent à des Néerlandais, des Suisses, des Suèdes, mais ils ne sont pas maliens. » Au Mali, les villes ont été reprises, mais elles ne sont pas sécurisées. Le gouvernement malien compte néanmoins organiser des élections avant la fin du mois de juillet 2013. A part la prolifération d’armes, on constate l’arrivée de plus en plus  d’armes lourdes dans la région (missiles antiaériens portables SA-24 et  missiles sol-air SAM-7), et à côté du vide étatique dans la région, il y a encore l’absence de perspectives économiques pour toute la région qui est frappante et qui laisse peu de place à un optimisme quelconque. Depuis quelques jours, des formateurs internationaux ont commencé à former des soldats maliens, afin de (re)donner au gouvernement la possibilité de combler le vide étatique dans la région nord. Le Luxembourg participe à la mission de formation de l’armée malienne.

Dieser Beitrag wurde unter Politik abgelegt und mit , verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s