Participation et représentation des élèves

Interpellatioun „au sujet de la participation et de la représentation des élèves au sein des écoles et des lycées luxembourgeois“
Vingt ans après la ratification de la Convention internationale des droits de l’enfant par le Luxembourg et 15 ans après la mise en place des comités d’élèves et de la Conférence Nationale des Elèves, l’enseignement luxembourgeois connait des changements successifs et fondamentaux. Dans ce contexte, déi gréng estiment nécessaire de vérifier si la représentation des élèves et leur participation active à la vie scolaire fonctionnent de manière satisfaisante ou s’il faut, au contraire, les améliorer.

Avec la loi du 27 août 1997, respectivement ses règlements d’exécution du 17 novembre 1997 (Comités d’élèves) et du 12 mars 1998 (Conférence Nationale des Elèves), furent introduits des structures formelles de représentation et de participation des élèves à la vie scolaire.

Les enfants ont le droit de s’organiser démocratiquement pour le respect de leurs droits et la défense de leurs intérêts. Mais est-ce que cela se fait de manière satisfaisante au sein de l’école luxembourgeoise ? Est-ce qu’il n’y a pas, au Luxembourg, un abîme entre les droits des élèves tels qu’ils sont définis par les différentes chartes, conventions et réglementations et les droits dont ils disposent effectivement dans le quotidien de leur établissement scolaire ? Il existe bel et bien un cours d’éducation civique et sociale au secondaire, mais quelle est la place accordée à la participation dans la vie quotidienne dans nos lycées ?

Est-ce que les structures formelles fonctionnent de manière satisfaisante ? Quelles sont leurs points forts ? Quelles sont leurs lacunes ? Les moyens mis à la disposition des élèves sont-ils suffisants ?

Enfin, qu’en est-il de l’enseignement fondamental ? Où est-ce que les enfants sont associés à des décisions concernant la vie à l’école fondamentale ? Dans le temps, il y avait certains parlements d’élèves qui fonctionnaient dans certaines communes (Lorentzweiler, Heffingen, Differdange). Est-ce qu’ils existent toujours ? Qu’en est-il des réunions de classe que des pédagogues comme Célestin Freinet ou Janusz Korczak ont déjà prônées il y a longtemps ? Existe-t-il un guide des bonnes pratiques pour le Luxembourg ?

Quelles sont les expériences faites par nos établissements pilotes (Lycée Ermesinde, Eis Schoul), en ce qui concerne la participation de leurs élèves ? Et quels sont les résultats ?

Dieser Beitrag wurde unter Educatioun abgelegt und mit verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s